Haut de page
Espace naturel au Minihic-sur-Rance

L’anse de Saint-Buc et autres sites naturels, entre terre et mer

salicorne, Minihic-sur-Rance
La salicorne, présente sur cet espace naturel du Département © Emmanuel Bertier

Située en bordure de la Rance, à la frontière entre les Côtes-d’Armor et l’Ille-et-Vilaine, la commune du Minihic-sur-Rance compte sept sites naturels à découvrir en empruntant un sentier littoral. Une invitation à contempler de splendides paysages ainsi que la faune et la flore qui les habitent.

L’anse de la Gautier, les Hures, la pointe du Ton, la pointe du Crapaud, la grève des Marais, l’anse de la Fosse Morte et l’anse de Saint-Buc : pas moins de sept sites naturels départementaux présents sur la commune du Minihic-sur-Rance. Autrefois paysans, les habitants de ce petit village en bord de Rance se sont convertis en paysans-marins. Au XVIIe siècle, la commune comptait ses premiers charpentiers et calfats - personnes qui s’occupent d’étanchéifier les navires - et durant le XIXe siècle, 42 constructeurs de chaloupes, chaloupes canonnières et bateaux plats évoluaient sur les chantiers. L’activité fut abandonnée au profit de la fabrication d’un autre type d’embarcation, les doris, dont les Minihicois devinrent des spécialistes jusqu’à la Première Guerre mondiale. Témoin de cette période, la cale sèche en bois du chantier naval de la Landriais qui  a fait l’objet d’une réhabilitation par une association locale. Autre édifice notable de la commune : la chapelle dédiée à Sainte-Anne, reconstruite en 1660 et inscrite à l’inventaire des monuments historiques.
 

Pointes rocheuses, landes, pâturages et champs cultivés 

Le GR 34 qui longe le littoral permet de découvrir de splendides paysages entre l’Anse de la Gautier et la Pointe de Trégondé : pointes rocheuses, landes, pâturages et champs cultivés. Le promeneur parcourt notamment la vasière de l’anse de la Fosse Morte colonisée par l’obione et la salicorne et la pointe du Crapaud dont les versants abrupts sont recouverts de boisements anciens composés de châtaigniers, de hêtres, de chênes ou de frênes. Véritable paradis pour la faune, les coteaux de l’estuaire accueillent de nombreux oiseaux tels que grives musiciennes ou pinsons ou des mammifères notamment des chauves-souris. Il constitue toute l’année un lieu d’observation des oiseaux aquatiques. En automne et en hiver s’y rassemblent des milliers d’oiseaux venus du Nord de l’Europe tels que les les bernaches cravants, les courlis cendrés et les chevaliers gambettes. Plus au large on distingue les pingouins torda, les grèbes à cou noir et de nombreux canards de surface.

Protection du patrimoine naturel et paysager

Propriétaire et gestionnaire depuis 1981, le Département protège le patrimoine naturel et paysager du site. Outre l’aménagement et la sécurisation du sentier littoral, il a aussi réalisé des opérations de gestion écologique afin de mettre en valeur le patrimoine naturel en luttant par exemple dans la vallée de Saint-Buc contre une espèce invasive la renouée du Japon.
 

Accès

  • A partir de Dinard par la RD 114 en direction de La Richardais.
  • A partir de Rennes, par la RN 137, prendre la RN 176 à gauche direction Plouer-sur-Rance, puis la RD 12 en direction de Langrolay-sur-Rance.

A proximité

La ville de Cancale
La ville de Saint-Malo
La ville de Dinan 
La ville de Dinard
La ville de Saint-Suliac (le Mont Garrot, la Pointe de Garel, la Pointe du Puits)
La ville de Pluertuit (la Pointe de Cancaval, l’Anse de Montmarin)