Nous, vous… Ille-et-Vilaine.fr

L’égalité des chances dès la naissance

publié le 12.05.2017
© Richard Volante

Accueil des jeunes enfants, protection maternelle et infantile, promotion de la santé, adoption, protection de l’enfance… L’Ille-et-Vilaine place la solidarité et l’égalité des chances au cœur de sa politique en faveur de la famille et de l’enfance.

En Ille-et-Vilaine, donner une chance à tous n’est pas un vain mot. « Toute notre action est guidée par un objectif de réduction des inégalités sociales », explique Muriel Condolf-Férec, conseillère départementale déléguée à la petite enfance et la protection maternelle et infantile (PMI). Et cela commence au berceau. « Plus on intervient tôt dans la vie des enfants, plus on réduit les inégalités dues à la naissance ou à l’environnement.    
 

Accueillir les enfants les plus défavorisés

Cet objectif se décline d’abord à travers une politique volontariste d’accueil des tout-petits. En Ille-et-Vilaine, accueil collectif et accueil par un assistant maternel sont complémentaires. Les crèches doivent profiter à ceux qui en ont le plus besoin. Et pour cette raison, le Département a mis en place un mécanisme de soutien financier qui favorise l’accueil des enfants porteurs de handicap ou issus de familles en difficulté. « Si d’emblée, on considère que les parents sans emploi n’ont pas accès aux crèches pour leurs enfants, on se prive d’un levier pour favoriser leur insertion professionnelle », justifie Muriel Condolf-Férec.

Dans le même esprit, le Département a développé le « Parler bambin ». Tous les enfants ne naissent pas égaux. Et parce que les premiers mots sont aussi importants que les premiers pas, le Département aide, grâce à ce programme, les enfants à entrer à l’école et à prévenir l’échec scolaire.
 

PMI : protéger la mère et l’enfant

Dans le cadre de la protection maternelle et infantile (PMI), les femmes enceintes, les familles et leurs enfants sont accompagnés dans près de 70 points du département. Là encore, « au regard des moyens, on s’oblige à veiller en particulier aux personnes qui en ont le plus besoin », explique Muriel Condolf-Férec.
 

Guidé par cet objectif de réduction des inégalités, le Département d’Ille-et-Vilaine permet à tous les enfants, entre 3 et 4 ans, de faire un bilan médical complet avant d’entrer à l’école. « On sait que c’est dès les premières années qu’il faut intervenir pour en minimiser l’impact et permettre à l’enfant de retrouver une place comme les autres à l’école », précise Muriel Condolf-Férec.
 

Créer les conditions d’une bonne santé

De la même manière, en matière de santé, pour les adolescents et les adultes, le Département d’Ille-et-Vilaine entend prévenir plutôt que guérir. Il met à disposition des Bretilliens des dispositifs gratuits de vaccination et de dépistage des infections sexuellement transmissibles et de l'information sur la contraception. La santé est ainsi un élément pris en compte dans l’ensemble de sa politique. « Notre objectif est de créer les conditions d’une bonne santé et d’une vie équilibrée, explique Muriel Condolf-Férec. Pour ce faire, on travaille à la fois sur l’environnement, l’éducation, la culture et le sport. » 
 

Protection de l’enfance : prévenir les placements 

Dans le cadre de leur mission de protection de l’enfance, les équipes de professionnels du Département accompagnent, conseillent et interviennent auprès des familles qui rencontrent des difficultés avec leurs jeunes. Ses préoccupations : prévenir les situations de crise. « Le placement d’un enfant est souvent vécu comme un échec pour la famille, estime Véra Briand, vice-présidente en charge de la protection de l’enfance. Notre politique vise à les limiter autant que faire se peut en recherchant des démarches alternatives et en intervenant de manière préventive auprès des parents et des enfants. »
 
Parmi les 2 700 jeunes confiés à l’aide sociale à l’enfance, le Département d’Ille-et-Vilaine accueille près de 450 mineurs étrangers isolés (MIE). Des enfants ayant fui leur pays et qui sont privés temporairement ou définitivement du soutien de leur famille. Confronté à une saturation de ses dispositifs d’hébergement, le Département les accueille depuis 2011 dans le cadre d’une mission spécifique. « Elle permet de prendre en compte les spécificités psychologiques et administratives que requiert l’accompagnement des mineurs isolés étrangers », Véra Briand en charge du dossier.
 

Adoption : accompagner au mieux

Enfin, le Département accompagne les couples dans leur démarche d’adoption. Une mission délicate : « On fait face à un croisement d’exigences entre les aspirations des parents qui souhaitent des enfants en bas âge et les pays d’origine des enfants plus disposés à laisser partir des enfants plus âgés », constate Véra Briand. Face à ces contraintes, le Département s’attache à accompagner au mieux les familles en désir d’adoption, en faisant preuve de compréhension et en expliquant pour amortir les frustrations et la déception lorsque la démarche n’aboutit pas. 
 

Accéder aux données personnelles

Tout enfant adopté peut avoir accès à ses données personnelles à l'âge adulte.