Haut de page
Espace naturel à Médréac

Les alignements mégalithiques de Lampouy : des menhirs figés dans le pays de Brocéliande

mégalithes de Lampouy, Médréac, lever de soleil
Les mégalithes de Lampouy au lever du soleil © Emmanuel Bertier

A l’ouest du département, le site de Lampouy est un ensemble remarquable de menhirs dont certains se dressent à cinq mètres. Ils trônent dans un paysage de bocage accessible à pied depuis le bourg de Médréac.

 
Sur la centaine de menhirs recensés ici en 1880, près de 47 sont encore visibles. Les mégalithes figés sur le point culminant de la commune de Médréac (105 mètres) sont disposés en cinq alignements d’environ 40 mètres chacun dans les champs ou les talus. Deux mégalithes isolés sont présents à proximité de la propriété départementale. Des fouilles ont mis au jour des haches polies,des herminettes et autres outils du néolithique (5000 à 2000 ans avant J.-C.). A cette période, les menhirs étaient dressés vers le ciel et alignés selon la position du soleil et de la lune pour des motifs religieux. Néanmoins le site de Lampouy présente des alignements complexes sans orientation précise. Marqueurs de territoire, stèles votives ou cultes des ancêtres, leur fonction n’est pas clairement identifiée à l’heure actuelle. La destruction partielle des mégalithes à la montée du catholicisme pourrait s’expliquer par le fait qu’ils étaient considérés comme un symbole du culte païen. Il est probable que la plupart des mégalithes aient alors été brisés pour empierrer les routes ou simplement couchés. Depuis 1929, les mégalithes de Lampouy sont classés à l’inventaire des monuments historiques. Ils sont constitués de quartz blanc, minéral qui affleure les champs des environs. Le plus long mégalithe est couché et atteint 5,40 m pour un poids évalué à 25 tonnes.
 
Le site est situé dans un paysage de bocage : prairies, cultures, bosquets, fourrés, haies bocagères… Ce paysage confère au site un intérêt fort pour onze espèces de chauves-souris. Les sentiers ombragés de chênes et de châtaigniers sont bordés de plantes de sous-bois comme, la jacinthe des bois, la stellaire holostée, la ficaire fausse renoncule, l’aubépine, le houx, ou le chèvrefeuille. Ronces, fougères aigles et gaillets gratterons composent les fourrés alors que chênes, noisetiers, fusains, viornes obiers et cornouillers forment les haies. Cette variété botanique offre abri et nourriture à de nombreux passereaux tels que la mésange bleue, la mésange charbonnière, l’accenteur mouchet, le troglodyte mignon ou le pouillot véloce. Dans les fourrés, coccinelles, frelons et papillons côtoient les campagnols et les mulots.
 
Débroussaillage, restauration du maillage bocager, création d’un sentier pour le public, amélioration de la signalétique… Autant d’actions pilotées par le Conseil départemental, propriétaire de près de 8 hectares du site, afin de préserver et de valoriser l’ensemble mégalithique de Lampouy et la nature environnante.
 

Accès

En voiture : par la RD 61 qui relie Médréac à Guitté.

A proximité

Le vallon de la chambre au Loup à Iffendic
L’étang de l’abbaye et ses tourbières périphériques à Paimpont
La carrière de la Marette à Saint-Malon-sur-Mel