Nous, vous… Ille-et-Vilaine.fr

La Ligne à Grande Vitesse Rennes-Paris

publié le 17.11.2016
En Ille-et-Vilaine, la mise en service de la LGV implique la construction de 48,5 km de nouvelles voies ferroviaires

 En 2017, la ligne à grande vitesse (LGV) reliera Paris à Rennes en 1h27 seulement. Un gain de temps précieux pour renforcer l’attractivité économique de la Bretagne.
Partenaire financier du projet, le Département est en première ligne dans les opérations d’aménagement foncier et routier le long du tracé. Les travaux sont en cours. 

Familles ou pros, les habitués des liaisons Paris-Rennes en TGV verront la différence. En 2017, leur voyage sera plus court de 37 minutes - soit 1h27 de trajet au lieu de 2h04 actuellement. Il est moins sûr qu’ils se rendent compte du travail réalisé par le Département pour accompagner ce projet ferroviaire de grande ampleur.
 
En Ille-et-Vilaine, la mise en service de la LGV implique la construction de 48,5 km de nouvelles voies ferroviaires. Partenaire du projet, le Département finance les travaux à hauteur de 43 M€. Il encadre aussi les opérations d’aménagement foncier et routier. 

Un foncier agricole à préserver

La voie et ses à-côtés vont absorber 480 ha de cultures et de pâtures. Des réserves foncières (720 ha) ont été constituées pour compenser cette perte et préserver le potentiel économique des exploitations agricoles.
En Ille-et-Vilaine, l'outil aménagement foncier, financé par le maître d'ouvrage Eiffage, est mis en place par des commissions intercommunales, sous le pilotage des services du Département. Il va permettre de réaménager le parcellaire sur 1 200 ha de terres agricoles de part et d'autre de la voie. Plus de 4 400 propriétaires sont concernés.

Les communes traversées par le rail ont sollicité le Département pour réaliser en leur nom les travaux connexes à ces opérations d'aménagement foncier (création de talus, plantation de haies bocagères, rétablissement de nouveaux chemins d'exploitation…).

Des routes à rétablir

Entre Le Pertre et Cesson-Sévigné, la LGV coupe 19 routes départementales. Le Département travaille avec le groupe Eiffage pour réaliser les passages inférieurs (pont-rail) et supérieurs (pont-route) permettant aux automobilistes de franchir la voie ferrée sans gêne.
Le Département contrôle l’exécution des travaux pour maintenir son patrimoine routier dans les meilleures conditions d’exploitation et de sécurité. Il porte aussi assistance aux communes pour les aider à rétablir le réseau de voiries communales.
 
Durant les travaux de rétablissement de son réseau routier, le Département met en place les déviations et les voies d’évitement nécessaires pour garantir de bonnes conditions de circulation aux abords du nouveau tracé ferroviaire. 

La LGV pour quoi faire ?

La Ligne à grande vitesse (LGV) vers la Bretagne est le prolongement de la branche ouest de la LGV Atlantique qui se termine pour l’instant à Connerré (72). D’une longueur de 214 km, elle permettra de faire circuler des trains à 320 km/h jusqu’à Rennes.
Son objectif est d’améliorer significativement la desserte de la Bretagne pour renforcer son attractivité économique et son ouverture à l’international.