Haut de page

Protection de l’enfance : innovation et prévention pour réduire les placements

publié le
05/11/2015

Le Département, chef de file de la protection de l’enfance, investit chaque année 125M€ en actions de prévention, d’accompagnement et de prise en charge à destination des jeunes. La tarification des établissements et services habilités au titre de l’Aide sociale à l’enfance (ASE) vient d’être votée en session. Cela représente un coût de 69 M€. Pour autant aujourd’hui, le recours au placement (chez des assistants familiaux (les deux tiers) ou en établissements) diminue légèrement, après la forte progression enregistrée en 2012.
 

 

Les équipes du Département en charge de l’Aide sociale à l’enfance (ASE) font tout pour prévenir les risques et les difficultés auxquels peuvent être confrontées les familles. En matière de prévention, les ambitions du Département sont de maintenir autant que possible l’enfant dans son milieu familial et de limiter le recours au placement et sa durée.

La prévention pour soulager, conseiller, accompagner
 
En Ille-et-Vilaine, sur les 5661 enfants qui bénéficient de mesures de l’Aide sociale à l’enfance au 31/12/2014, seule la moitié est confiée au Département. Pour l’autre moitié, le Département met en œuvre, à la demande des parents ou suite à une décision de justice, des aides éducatives à domicile, assurées par les travailleurs sociaux.
Le Département dispense également des aides financières (allocations mensuelles et secours d’urgence) ainsi que des aides dans les actes de la vie quotidienne (ménage, repas, gestion d’un budget…) réalisés par des techniciens d’intervention sociale et familiale (TISF).
Depuis 2012, une baisse du nombre d’enfants confiés s’amorce
 
Par ailleurs, les 22 Centres départementaux d'action sociale (Cdas) participent à la prévention en organisant des actions collectives. Elles réunissent les parents et/ou leurs enfants à l’occasion d’activités sportives, éducatives, culturelles ou autres.

L’innovation par l’alternative au placement
 
Le projet « alternatives au placement» a été initié en 2012 et s’inspire librement des pratiques qui ont cours au Québec.  Plusieurs actions expérimentales se déroulent actuellement dans le Département, parmi lesquelles :
- Le projet EPAULER consiste, en cas de crise au sein de la famille, à solliciter l’environnement naturel de l’enfant (amis, oncles ou nièces, proches…) en misant sur les compétences parentales.
- Le Soutien Intensif à l’Enfant et son Entourage (SIEE) consiste à intervenir rapidement et intensivement (plusieurs rdv dans un temps donné), en impliquant fortement les parents, le réseau familial et l’environnement pour apaiser la crise et y remédier.
- L’accompagnement éducatif à domicile familial global (AEDFG) est mis en œuvre à la demande du parent, qui bénéficie de l’accompagnement d’un travailleur social pendant 1 an. L’objectif : construire sa façon d’être parent, travailler la relation intrafamiliale.
Ces expérimentations amènent à se détacher des dispositifs existants pour explorer d’autres solutions, en concertation avec les familles et avec le soutien intensif des travailleurs sociaux, afin d’éviter un placement.