8 mars 2016 : Journée des femmes, pour l'égalité des droits
Haut de page

Un homme et une femme : un an de parité à l'assemblée départementale

Les élues du Département d'Ille-et-Vilaine
Les élues du Département d'Ille-et-Vilaine. © Jérôme Sevrette

L'Assemblée départementale d'Ille-et-Vilaine fête un an de parité. Depuis le 2 avril 2015, 27 conseillères et 27 conseillers siègent ensemble. Cette première dans l'histoire du Département ne doit rien au hasard.

Grâce à la loi de 2013 pour l’égalité entre les femmes et les hommes, ce n'est plus un conseiller et un suppléant qui sont élus sur chaque canton, mais un binôme femme-homme. Un geste fort pour faire avancer la parité. « La parité est un processus, un objectif d'égalité entre les sexes dans les conditions de travail, les salaires mais aussi l'accès aux responsabilités sociales et politiques », rappelle Fanny Bugnon,  maîtresse de conférences et responsable du Diplôme inter-universitaire numérique « Etudes sur le genre » à Rennes 2. Un objectif qui ne coule pas de source. Si les femmes peuvent voter et être élues depuis 1944, elles sont minoritaires dans la représentation politique. En 2016, alors qu'elles forment 51,5 % de la population française, les femmes ne représentent que 27,9 % des députés et 16 % des maires.

2015 : la parité dans les Départements

En Ille-et-Vilaine, l'arrivée des premières élues dans l'Assemblée départementale remonte à 1988. Cette année-là, Marie-Thérèse Boisseau et Jeanine Huon font leur entrée. Elles y siègeront respectivement 4 et 24 ans. En 2012, douze conseillères exercent un mandat au Département, soit l'équivalent d'un élu sur cinq. Depuis 2015, elles occupent dorénavant 50% des sièges de l'Assemblée. « Grâce à la loi de 2013, l’égalité parfaite est possible en politique : il a suffi d’un texte et d’une réforme du mode de scrutin. Ce progrès mérite sûrement d’être étendu pour que demain sénatrices et députées siègent en nombre égal dans les assemblées qui préparent et votent les lois qui s’appliquent à toutes et tous », affirme ainsi Béatrice Hakni Robin, conseillère départementale.

Une place à prendre et à défendre

Pour 24 de ces 27 élues, ce mandat est une première expérience politique au niveau départemental. « Je suis agréablement surprise par la bienveillance entre élus, témoigne Armelle Billard, conseillère départementale déléguée à l'égalité hommes-femmes. Le personnel départemental s’est montré très attentif, au-delà de ce que j’imaginais, à l’accueil d’élues / élus plus jeunes et de fait moins expérimentées. » 
Nouvellement élues, certes, mais pas novices ! Vingt-et-une conseillères exercent déjà au moins un autre mandat, principalement dans leur commune ou communauté de communes. Pour autant, être une femme en politique n'a rien d'évident. « Il faut sans cesse se faire reconnaître dans ses fonctions, imposer sa présence, être présente dans la communication médiatique. On doit davantage se battre contre une suspicion de faiblesse et d'infériorité », témoigne ainsi Frédérique Miramont, élue en 2015. Certains clichés ont même la vie dure. « Lors d’une sortie officielle, rapportent ainsi à l'unisson, Armelle Billard et Claudine David, vice-présidente, je me trouvais à côté du Président Jean-Luc Chenut et certains concitoyens ont tout naturellement pensé que j’étais sa femme. » La pédagogie a encore de beaux jours devant elle.


 

Brève histoire de la parité en politique

Les femmes ont obtenu le droit de voter et d'être élue en 1944. En 1997, elles représentent 10% des députés de l'Assemblée nationale et 5,6 % des sénateurs en 1998.
Pour tenter de changer la donne, une réforme de la Constitution et pas moins de neuf lois ont été mises en œuvre depuis 1999. A cette date, la Constitution acte que la loi « favorise l’égal accès des hommes et des femmes aux mandats électoraux et aux fonctions électives ».
A partir de 2000, les partis politiques sont sommés de présenter un nombre égal de femmes et d’hommes lors des élections régionales, européennes, une partie des sénatoriales puis les municipales en 2007.
Du côté des élections législatives, cette marche vers la parité n'est toujours pas contraignante. Les partis politiques qui ne respectent pas un nombre équivalent de candidats hommes et femmes lors de ces élections écopent simplement d'une sanction financière.

1 ans après : alors, ça fait quoi d'être élue départementale ?

Nadine Dréan, conseillère départementale sur le canton de Bain-de-Bretagne (Union de la Droite et du Centre)

La surprise : « Première difficulté : s’approprier le protocole et le déroulement des sessions et de la commission permanente. La deuxième : faire beaucoup de pédagogie pour expliquer le rôle et les compétences exercées par le Conseil Départemental à nos concitoyens. »

Le conseil aux prétendantes : « Il faut faire des compromis et accepter de se répartir les tâches familiales et quotidiennes différemment, accepter que notre planning est parfois bien rempli. Je m’épanouis complètement dans ma mission politique et j’encourage les femmes qui hésitent encore à se lancer à échanger avec d’autres femmes qui ont franchi le pas. »
 

Emmanuelle Rousset, canton de Rennes, vice-présidente en charge de la politique de la Ville, Economie sociale et solidaire, Développement social local (Parti socialiste)

La surprise : « Je n’avais pas du tout mesuré le poids des représentations et du temps passé dans les différents conseil d’administration ou commissions. C’est chronophage mais c’est aussi passionnant : on rencontre des gens impliqués et ça donne une vision globale et transversale de l’action du Département. 
Difficile de mettre fin à mon activité professionnelle en sachant que je ne la retrouverai pas à l’issue du mandat et d'articuler deux mandats plus ma vie personnelle et familiale. »

Le conseil : « Ne réfléchissez pas trop avant d’y aller, foncez ! C’est dense mais passionnant. On apprend plein de choses ! »

A lire aussi : Comment les collégiens bretilliens voient les femmes en politique 


Du 3 au 17 mars, le Parlement de Bretagne accueille « Politique, nom féminin singulier ». L'exposition, qui parcourt deux siècles de femmes en politique, est le fruit d'une petite entreprise activement menée par une quinzaine d'élèves de 3ème du collège rennais Rosa Parks.
Lire la suite