Assemblée départementale
Haut de page

C'est voté !

Les élu.e.s du Département étaient réuni.e.s en assemblée ce jeudi 19 et ce vendredi 20 décembre à l’Hôtel du Département. Au programme : le débat d’orientation budgétaire qui préfigure un budget de près de 1,1 milliard d’euros pour 2020, l’adoption d’un nouveau plan départemental de l’habitat, l’expérimentation d’un budget participatif ou encore le vote d’un budget spécifiquement dédié à la biodiversité et aux paysages. Faites le point sur ce qui vient d’être voté.

Débat d’orientation budgétaire : un budget de près de 1,1 milliard d’euros

Le débat consacré aux Orientations Budgétaires (OB) préfigure, deux mois avant le vote du Budget Primitif (BP), les 12, 13 et 14 février 2020, le budget de l’année 2020. Les élus viennent d’arrêter son montant. Il s’élèvera à près de 1,1 milliard d’euros.
 
Le budget de fonctionnement devrait connaître une hausse de l’ordre de 1,9 % pour s’établir à 855 millions d’euros. L’investissement sera porté à 177 millions d’euros (166 millions d’euros en 2019).
 
Il sera notamment consacré à la finalisation des grands équipements prévus en matière d’éducation et d’infrastructures : ouverture de trois nouveaux collèges, finalisation des deux axes en 2x2 voies Rennes-Redon et Rennes - Angers… Pour 2020, le volume d’emprunts devrait être stabilisé.
 

Un nouveau plan départemental de l’habitat pour répondre aux besoins de logements

Avec plus d’un million d’habitants, l’Ille-et-Vilaine est dans le top 10 des départements à forte vitalité démographique. C’est le département le plus peuplé de Bretagne et celui dont la population augmente le plus vite. Dans ce contexte démographique favorable, un nouveau plan départemental de l’habitat couvrant la période 2020-2025 a été adopté par les élu.e.s.

Quatre orientations principales caractérisent ce nouveau plan qui s’inscrit par ailleurs dans la démarche prospective « Ille-et-Vilaine 2035 :

  • Une offre de logements diversifiée dans tous les territoires pour accueillir des nouveaux habitants. Cette offre de logement devra être adaptée aux évolutions de la société, à chaque âge de la vie (jeunes actifs en insertion, familles, personnes âgées…) et elle devra garantir le maintien de la mixité sociale
  • Une cohésion territoriale assise sur un réseau de polarités structuré et sur le triptyque logements / services / mobilité
  • Une priorité à la dynamisation des centres-bourgs et des centres-villes pour maîtriser l’empreinte environnementale et les consommations foncières
  • Une mise en réseau des acteurs de l’habitat pour partager les expériences et soutenir les politiques de l’habitat

Un budget participatif en expérimentation

Le Département prépare dès cette fin d’année 2019 l’élaboration d’un budget participatif. Il pourrait être mis en oeuvre, après les élections départementales, par un nouvel exécutif, à
compter du printemps 2021. Il sera doté d’un budget d’un million d’euros.
 
Dès 2020, les habitants seront associés à l’élaboration des modalités et du règlement du futur budget, par le biais d’une démarche de dialogue citoyen. Les Bretillien•ne•s intéressé•e•s par la démarche peuvent se proposer pour faire partie du panel en adressant leur candidature à l’adresse : dialoguecitoyen@ille-et-vilaine.fr. Un avis citoyen sera ainsi restitué à l’ensemble des élu•e•s du conseil départemental en fin d’année 2020.
 
Dès 2020, l’expérimentation d’un budget participatif dédié à la jeunesse est mise en oeuvre avec une dotation de 100 000 €, pour des dépenses d’investissement. Il concerne les territoires couverts par les agences départementales des pays de Brocéliande et de Redon-Vallons. Cette expérimentation permettra de préfigurer les modalités du budget participatif départemental. Une plateforme numérique de participation citoyenne sera par ailleurs mise en place.

Un budget spécifiquement dédié à la biodiversité et aux paysages

L’urgence à agir pour la préservation de la biodiversité n’est plus à démontrer. L’Ille-et-Vilaine, en consacrant un budget spécifique à ses actions en matière de biodiversité et de paysages, conforte sa volonté d’intensifier ses actions en faveur du vivant. Ce budget spécifique permettra de retracer de manière distincte du budget principal, l’ensemble des interventions spécifiquement consacrées à l’environnement, financées par la taxe d’aménagement.