Haut de page

Crise sécheresse : les restrictions d’eau étendues à tout le département

photo illustration robinet

Face à l’aggravation de l’état de sécheresse sur le département, la préfecture d'Ille-et-Vilaine a décidé de passer l’ensemble du territoire en niveau « crise sécheresse ». Il s’agit du niveau d’alerte maximal, prévu par l’Etat. Pour éviter les risques de rupture d’approvisionnement en eau potable à l’automne, chacun.e est invité.e à respecter les restrictions d’eau en cours et à économiser l’eau par des gestes au quotidien.

L’ensemble du département d’Ille-et-Vilaine est en crise sécheresse au vu du risque de ruptures d’approvisionnement en eau cet automne. Un nouvel arrêté préfectoral est paru ce vendredi 12 août, étendant l’état de crise sécheresse à l’ensemble du Département. Il est ainsi impératif que chacun et chacune économise l’eau afin d’éviter la pénurie et les coupures cet automne. 

Quelles sont les restrictions de consommation d’eau à respecter ? 

L’Ille-et-Vilaine était déjà placée en état d’alerte sécheresse, depuis le 24 mai dernier, du fait du déficit pluviométrique. Différents arrêtés préfectoraux ont, depuis cette date, restreint, sur certains territoires, l’utilisation de l’eau. Ce nouvel arrêté préfectoral, du 12 août 2022, interdit certains usages de l’eau pour l’ensemble du Département.

Ces restrictions visent à économiser l’eau dans les zones les plus touchées par la sécheresse et à préserver les usages de l’eau prioritaires tels que la santé, la sécurité civile, l’eau potable, la salubrité et l’abreuvement des animaux.
 

Ainsi, il est interdit à l’ensemble des habitants.es les usages suivants:

  • Le remplissage et la vidange des piscines quel que soit le volume,
  • Le lavage des voitures, bateaux et tous types de véhicule,
  • L’arrosage des jardins potagers entre 8h et 20h,
  • L’arrosage des pelouses, massifs floraux ou arbustes,
  • Le nettoyage des terrasses, façades, murs, escaliers et toiture.

Face à cette situation qui s’aggrave et aux fortes chaleurs actuelles, chacun, résident, touriste, industriel, collectivité, exploitant agricole, est appelé à respecter les mesures de restriction indispensables pour ne pas aggraver la situation. Chacun est invité à réduire, dès à présent et de manière volontaire, sa consommation en eau au quotidien et à se tenir informé des évolutions prochaines en matière de restriction.

Retrouvez toutes les mesures de restrictions d'utilisation de l'eau : https://sigthema35.alwaysdata.net/

Pourquoi risque-t-on des coupures d’eau à l’automne? 

Comment expliquer le risque de ruptures en approvisionnement d’eau ?
Plusieurs facteurs convergents entraînent cette situation :

  • un déficit pluviométrique enregistré à l’automne sur le département, puis aggravé par un printemps peu pluvieux,
  • des épisodes de fortes chaleurs successifs constatés en cette période estivale,
  • Une augmentation continue de la consommation d’eau depuis 20 ans sur le département, en lien avec la démographie et les besoins industriels ;
  • des milieux aquatiques dégradés, notamment en raison de la disparition de nombreuses zones humides. 

Lorsqu’ils sont en bon état, les milieux aquatiques (cours d’eau, rivières, zones humides, marais, etc) fournissent naturellement des biens et des services essentiels: nourriture, énergie, auto-épuration, eau potable, bien-être et loisirs, régulation des crues, circulation des espèces, etc. En Ille-et-Vilaine, 97 % des cours d’eau ne sont pas en bon état. Ils ont été profondément modifiés et altérés, ce qui entraîne des conséquences néfastes pour les ressources et les activités humaines.

Depuis quelques décennies, la disparition de nombreuses zones humides est à déplorer. Or, ces zones jouent un rôle stratégique dans la préservation des ressources en eau et de la biodiversité. Se gorgeant d’eau en hiver, elles libèrent leur eau durant les périodes les plus sèches. L’état de ces milieux a donc des conséquences directes sur la production d’eau brute disponible. La disparition des zones humides, sous l’effet du drainage et de l’urbanisation, diminue la capacité naturelle d’épuration du milieu, réduit la rétention d’eau lors de crues (ruissellements plus intenses et accentuation des inondations) et augmente l’impact des sécheresses (niveau d’eau insuffisant en été). Ceci peut contraindre certains usages (besoins en eau potable, rejets d’industries…).

Certains secteurs au nord du département, en particulier la côte malouine, ne disposent pas de zones humides en nombre suffisant, mais présentent principalement des eaux dites « superficielles » à l’exemple de l’étang de Beaufort. En cas de forte chaleur, ces étendues d’eau se réduisent plus rapidement et ne permettent pas d’assurer une alimentation suffisante en eau pour les territoires, d’autant que ces zones connaissent une forte affluence touristique l’été.

Le Département d’Ille-et-Vilaine accompagne les territoires dans la gestion et la restauration de leurs milieux aquatiques, rivières et zones humides. 

En savoir plus sur le rôle du Département dans la gestion de l'eau sur le territoire 

Des ressources stratégiques en eau à leur plus bas niveau

Des mesures ont été prises par les services de l’Etat et les collectivités de l’eau potable pour limiter l’impact de la sécheresse : restrictions d’usage de l’eau, transferts d’eau entre territoires via les interconnexions, limitation des débits lâchés par les barrages. À son niveau, le Département d’Ille-et-Vilaine, avec les acteurs locaux de l’eau, accompagne les territoires dans la gestion et la restauration de leurs milieux aquatiques, rivières et zones humides.

Malgré ces mesures, plusieurs ressources stratégiques de l’Ille-et-Vilaine sont aujourd’hui à des niveaux historiquement bas : barrages de la Vilaine amont (Vitré), de la Côte d’Emeraude, de Rophémel, forages divers... Sur plusieurs secteurs, l’autonomie des ressources est inférieure à 2 mois et demi, ce qui correspond à un risque élevé de pénuries massives d’eau potable dès l’automne. Les pluies de cette semaine ne suffiront pas à inverser la tendance.
 

Quelques gestes à adopter pour économiser l'eau 

Exemple de gestes que chacun.e peut adopter, afin de réduire sa consommation en eau :

  • ne pas laisser couler l’eau inutilement,
  • remplir complètement les appareils de lavage pour ne pas les faire tourner à moitié vides,
  • récupérer l’eau de la douche et de la vaisselle avec une bassine pour d’autres usages 
  • veiller à bien fermer ses robinets, mitigeurs pour limiter le gaspillage,
  • récupérer l’eau de lavage ou de cuisson des légumes pour l’arrosage du potager,
  • sous la douche, pendant la toilette, notamment le brossage de dents, ne pas laisser l'eau couler