Haut de page

Etats généraux de la protection de l'enfance : les engagements du Département

vue d'ensemble états généraux
© AC Esteve

Faire émerger des idées, trouver des solutions pour mobiliser efficacement l’ensemble des acteurs au bénéfice des enfants et des familles accompagnées : tels étaient les objectifs des Etats généraux de la prévention et de la protection de l’enfance en Ille-et-Vilaine.

Le mardi 28 juin 2022, le Département a réuni 400 professionnels du secteur. Ce temps fort est venu clore un processus de 6 mois de consultation et d’échanges sur les problématiques de la prévention et de la protection de l’enfance.

Cette journée a été l’occasion de revenir sur les travaux menés depuis janvier, mais aussi de débattre et échanger autour de 2 grandes facettes de la prévention et de la protection de l’enfance :

  • Une première table ronde s’est penchée sur le volet professionnel, autour du « pouvoir d’agir » c’est-à-dire les possibilités d’initiative et d’innovation des travailleurs sociaux, mais aussi les possibilités de formation, l’amélioration des échanges entre les différents acteurs.
     
  • Un second temps a été consacré à l’expertise d’usage, autrement dit : la parole des enfants et familles concernées.

Etats généraux de la prévention et de la protection de l'enfance from Ille-et-Vilaine on Vimeo.

Anne-Françoise Courteille, 1ère Vice-Présidente du Conseil départemental déléguée à la protection de l'enfance et à la prévention a présenté 36 engagements issus de cette démarche de concertation pris par le Département.

Ces chantiers, dont certains ont déjà débuté, seront lancés au cours du mandat départemental.

Parmi eux, des engagements emblématiques ont été pris sur des axes aussi divers que l’accès à la santé, l’ouverture de places d’accueil, le recrutement de professionnels, l’accompagnement des jeunes au moment de leur sortie des dispositifs…

Les engagements du Département

Améliorer les conditions de travail des professionnels

Soutenir l'attractivité des métiers

  • Revalorisation salariale pour les professionnels de l'accompagnement socio-éducatif.
  • Revaloriser le métier d'assistant familial.
  • Développer l'apprentissage des métiers du social en interne et en externe. 

Soutenir le pouvoir d'agir des professionnels de la protection de l'enfance

  • Diminution de 28 à 26 du nombre de situations suivies par travailleur social. 
  • Faire un bilan des nouvelles dispositions prévues dans le réglement intérieur sur les aménagements du temps de travail (janvier 2021).
  • Réflexion sur la création d'un conseil scientifique départemental. 
  • Soutien à l'adaptation et à l'innovation selon le modèle des alternatives aux placements pour 2 Centres départementaux d'action sociale. 

Renforcer la formation

  • Augmentation de l'offre de formation territorialisée, nouveaux formats. 
  • Poursuite du travail de concertation entre ASKORIA et le Conseil départemental sur la formation initiale des éducateurs et assistants sociaux. 
  • Poursuivre l'analyse des pratiques. 
  • Transfert de connaissances entre professionnels à l'issue de sessions de formation.

Ecouter la parole des enfants confiés et des familles et les faire participer aux actions qui les concernent

Garantir les droits des enfants

  • Création d'une "mission contrôle et qualité". Recrutement d'un.e chargé.e de contrôle (fin 2022).
  • Développement des Contrats pluriannuels d'objectifs et de moyens (CPOM). Recrutement d'un.e chargé.e de tarification.

Renforcer la coopération et le partenariat au service du parcours de l'enfant

Mobiliser et impliquer les partenaires des territoires

  • Installation des instances territoriales enfance-famille avant fin 2022.
  • Appels à projets culturels à destination d'enfants confiés : 5 projets avec les établissements et 1 projet de territoire. 
  • Mise en place d'opérations "Vis ma vie". Immersion des professionnels dans les services. 
  • Intégration dans les programmes de restructuration des locaux des aménagements dédiés aux familles. 

Garantir une continuité d'accompagnement tout au long du parcours de l'enfant en réponse à ses besoins fondamentaux

  • Réflexion sur les modalités d'articulation et de transition entre 2 mesures.
  • Sortie du moratoire à l'issue des Etats généraux avec pour objectif un projet pour l'enfant et sa famille pour toutes les mesures. 

Renforcer la place de la prévention

Soutenir les parents dans leur fonction parentale et dans l'exercice de leurs responsabilités éducatives

  • Appui à la création d'un relais parental :
    • Etude de faisabilité. 
    • Echange partenarial. 
  • Valorisation du programme PANJO qui vient d'être lancé à l'agence départementale du pays de Fougères et qui vise à renforcer les réponses d'accompagnement des primo-parents dans leur relation avec leurs nourrissons.

Renforcer la prévention et mieux prendre en compte la santé des enfants confiés

  • Extension du dispositif "Parler Bambin" pour le rendre accessible aux publics les plus vulnérables. 
  • Evolution de la Maison des Adolescents vers des missions généralistes. 
  • Développement du recours à la médecin de ville pour les enfants confiés. 
  • Travail avec l'Agence régionale de santé (ARS) autour de projets notamment à la mise en place d'une équipe mobile. 

Diversifier les modalités des accompagnements 

Soutenir les accompagnement alternatifs

  • Tiers dignes de confiance : Appel à projets pour l'expérimentation d'un service d'accompagnement administratif et social. 
    • Objectif : doublement des prises en charge. 
  • Développement du parrainage pour des enfants confiés. 
  • Mise en oeuvre de la Mesure éducative personnalisée avec hébergement. 
  • Elaboration d'un guide d'accompagnement des jeunes majeurs (avec déclinaison des attendus concernant les services d'accompagnement progressif). 
  • Maison d'assistants familiaux : Etude de faisabilité. 
  • Expérimenter le revenu de base pour les jeunes majeurs sortant de l'Aide sociale à l'enfance (ASE). 

Créer des places et fluidifier le dispositif par une régulation entre les entrées et les sorties 

  • Renforcement du dispositif relatif aux visites en présence de tiers. 
  • Création de 230 places entre janvier 2022 et 2024. Placements à domicile, Mineurs non accompagnés (MNA), lieux de vie. 
  • Elargissement de la platforme départementale d'orientation aux établissements.

 

Gautier Arnaud-Melchiorre, grand témoin et observateur de la démarche du Département d’Ille-et-Vilaine

Gautier Arnaud-Melchiorre est l’auteur du rapport sur la parole des enfants confiés « A (h)auteur d’enfant », qu’il a remis en novembre 2021 au secrétaire d’Etat chargé de l’enfance et des familles.
 
 © AC Esteve

Au cours de la journée de clôture des Etats généraux de la prévention et de la protection de l’enfance en Ille-et-Vilaine, il a éclairé les débats de cette parole des enfants qui sont au cœur des dispositifs de protection. Leur vision de l’avenir, leurs craintes, le rapport qu’ils entretiennent avec leurs éducateurs… Fort de ces témoignages, il souligne que nombre d’engagements pris par l’Ille-et-Vilaine vont dans le bon sens comme les mesures en faveur de l’accès à la santé et à la culture ou encore le revenu de base pour les jeunes majeurs sortant des dispositifs d’aide sociale à l’enfance.