Haut de page

Une famille d'accueil bretillienne au coeur d'un documentaire de France 2

affiche film une famille d'accueil


Le métier d’assistant familial est au cœur d’un documentaire de 52 minutes, qui sera diffusé dans l’émission Infrarouge sur France 2 le 13 octobre prochain. Intitulé « Famille d’accueil », ce documentaire raconte le quotidien de Denis et Nathalie Lehuger, assistants familiaux à Acigné, et de Kenzo, Youna, Coralie et Killian, les enfants qui leur ont été confiés. Comment apporter à ces enfants confiés un cadre éducatif et affectif stable pour leur permettre de se reconstruire ? Comment se tissent les liens entre ces enfants aux trajectoires diverses ? Ce film réalisé par Cécile Denjean dresse un portrait réaliste et touchant de ce métier atypique et met en lumière le rôle pivot du Département dans la protection de l’enfance.

Un documentaire dévoile le quotidien d’une « famille d’accueil » 

Résultat de 25 journées de tournage en immersion, le documentaire « Famille d’accueil » montre le quotidien d’un couple d’assistants familiaux, accueillant au sein de leur foyer 4 enfants : Kenzo 5 ans, Youna, 9 ans, Coralie, 11 ans et Killian, 19 ans. Une « tribu à taille variable » - comme la désigne la réalisatrice Cécile Denjean – qui se module et s’adapte selon les arrivées et les départs.

« Une famille d’accueil est un film à plusieurs étages. C'est la photographie d'une profession étrange, à la fois archaïque et très moderne, que traverse une crise profonde. C'est un condensé des difficultés de notre époque et le miroir des violences qui nous agitent. C’est aussi et surtout une réflexion sur le lien et la notion même de famille, à l'heure où les tribus familiales se décomposent et recomposent comme jamais », explique la réalisatrice.

Ce 52 minutes sera diffusé sur France 2 dans l’émission Infrarouge, le 13 octobre à 23h05. Une diffusion en avant-première s’est déroulée à Acigné le 7 octobre. Organisée par la société de production, cette projection avait lieu en présence de Nathalie et Denis Lehuger et des principaux acteurs du Département en matière de protection de l’enfance.
 

Nathalie Lehuger : "Ce film suscitera peut-être des vocations"

 

Nathalie Lehuger et son mari Denis ont accepté de montrer leur quotidien d'assistants familiaux à la caméra de la réalisatrice Cécile Denjean. Une expérience inédite et une manière de faire découvrir le métier d'assfam autrement, loin des clichés habituels, selon Nathalie Lehuger.

Comment avez-vous vécu la projection en avant-première de ce film tourné chez vous ?

"C'était un moment que j'appréhendais un peu, car le tournage s'étant étalé sur 10 mois, on ne peut pas se souvenir de tous les échanges et nous l'avons découvert en même temps que tous les spectateurs. Mais j'ai trouvé ça vraiment bien, les enfants étaient très contents. Déjà pendant le tournage, ils attendaient avec impatience les moments où la réalisatrice venait, globalement c'est un projet qui a été énormément porté par les enfants qui ont noué une très belle relation avec la réalisatrice. Très rapidement, ils ont d'ailleurs vraiment oublié la caméra, tout comme nous."

Que pensez-vous du résultat ?

"Cécile Denjean a tourné des centaines d'heures, car il lui fallait de la matière pour pouvoir travailler sur ce sujet. Elle ne voulait pas que ce soit "le monde des bisounours", mais coller au maximum à la réalité. Je n'ai d'ailleurs jamais eu la sensation de jouer un rôle tout au long du tournage. Cette volonté de la réalisatrice de rester délicate transparait dans le documentaire. À aucun moment, on ne tombe dans le voyeurisme, ce qui était l'un des écueils que l'on voulait absolument éviter. Mais juste à sa manière de montrer un parent, le public peut deviner les difficultés, sans qu'elles soient énumérées ou citées. Le documentaire montre ce que cela signifie de vivre dans une famille d'accueil et montre aussi que assistant familial peut être un beau métier".

Qu'est-ce qui vous a incité à accepter ce projet ?

"Cela nous interessait car l'audiovisuel est un univers que l'on ne connaît pas très bien. Le but était aussi de susciter des vocations parmi le public qui pouvait visionner le film. En effet, il y a des grosses difficultés de recrutement d'assistants familiaux. Sans doute parce que c'est un métier qui implique de mélanger la sphère privée et la sphère professionnelle, mais aussi parce que c'est un métier qui reste très méconnu. Personnellement, au départ je n'en avais jamais entendu parler. Et quand ce métier est évoqué, c'est souvent au détour d'un procès médiatisé, souvent avec une connotation négative. Nous avons pensé que modifier la vision de ce métier pouvait être opportun et que ce documentaire pouvait y contribuer."

Quand vous avez débuté dans ce métier, qu'est-ce qui vous a étonné ou surpris ?

"Avant d'avoir mes 4 filles, je travaillais comme secrétaire de direction. Ensuite, j'ai eu mes 4 filles que j'ai adoré élever. Puis nous avons entendu parler de ce métier avec notre mari via notre réseau amical qui comprend de nombreux éducateurs. Nous avions déjà accueilli des enfants du secours populaire, mon mari préside une association qui soutient les orphelinats au Burkina... bref, nous avions déjà le goût pour les enfants des autres. Quand nous avons commencé, nous avons fait beaucoup de découvertes. D'abord, on s'est rendu compte que ce métier suscitait énormément d'intérêt et d'admiration, c'est un métier qui interpelle les gens.

Et puis j'avais pas mal de certitudes par rapport à l'éducation des enfants et je suis revenue dessus, notamment par les échanges que j'ai pu avoir avec les éducateurs référents qui m'ont souvent fait évoluer dans ma manière de voir les choses. Par exemple, il est très important d'expliquer clairement à l'enfant les raisons précises de son placement, c'est indispensable pour que l'enfant ne se sente pas responsable de son placement. Ce sont les difficultés parentales qui font qu'un enfant est confié et non les difficultés de l'enfant, c'est important de le rappeler."

Le public a réservé un accueil très favorable à "Famille d'accueil", certains spectateurs étant visiblement émus à l'issue de la projection :


Parmi les spectateurs assistant à la projection en avant-première se trouvaient les principaux protagonistes du film, Denis et Nathalie Lehuger et les enfants qu’ils accueillent, ainsi que la réalisatrice. Qu'ont-ils pensé du film ? Comment les professionnels de l'aide sociale à l'enfance ont-ils perçu ce film ?

 

Le documentaire "Famille d'accueil" diffusé sur France 2 dans l'émission Infrarouge le 13 octobre dernier est disponibles en replay jusqu'au 6 décembre :
https://www.france.tv/france-2/infrarouge/2804663-une-famille-d-accueil.html

 Assistant familial : un métier clé de la protection de l'enfance

Lorsque le cadre familial vacille, mettant en péril l’équilibre psychologique et affectif des enfants, les services de protection de l’enfance du Département ont un rôle à jouer. En Ille-et-Vilaine, par exemple, environ 3500 enfants sont confiés à l'aide sociale à l’enfance. La moitié d’entre eux sont accueillis en établissement d’accueil ou à des assistants familiaux, sur demande des parents, en raison d’une mesure administrative, sur décision du juge des enfants ou encore en qualité de pupille de l’Etat. Agréés, recrutés et employés par le Département, les assistants familiaux ont alors pour mission d’accueillir à leur domicile certains de ces enfants.

La délicate mission de ces professionnels : procurer aux enfants la sécurité physique, affective et psychologique dont ils ont besoin, après un parcours de vie souvent chaotique. Selon la situation, ces enfants peuvent rester les week-ends, quelques semaines ou plusieurs années.

Le métier d’assistant familial est un métier d’engagement. Car au-delà du rôle éducatif inhérent à cette profession, « l’Assfam » doit concilier vie professionnelle et vie familiale sous son propre toit, lieu de l’intime et du privé. Une situation professionnelle peu commune, mais aussi un véritable choix de vie, qui implique l’adhésion de la famille entière. Etre assistant familial exige une grande disponibilité, une bienveillance constante et un sens du dévouement et du partage, autant de qualités nécessaires pour aider ces enfants à grandir après des épreuves de vie complexes.

Fin 2020, 851 assistants familiaux sont salarié.es du Département d’Ille-et-Vilaine, accueillant chez eux 1579 enfants et jeunes (-de 21 ans) confiés par l’aide sociale à l’enfance.

Comment devenir assistant familial ?

Le parcours pour devenir assistant familial nécessite au moins 6 mois et comprend plusieurs étapes :

  • Participation à une réunion d'information
  • Demande d'agrément
  • Période d’évaluation
  • Obtention de l’agrément
  • Postuler auprès d’un employeur
  • Recrutement
  • Formation
  • Accueil d’un enfant

 

Retrouvez toutes les informations sur le métier d'assistant familial dans le Département d'Ille-et-Vilaine sur notre page dédiée.