Haut de page

Un impressionnant dispositif mobilisé pour l'enlèvement d'une plante invasive

chantier enlèvement crassule landes de jaunouse

La propagation d'une plante invasive non indigène nommée "la Crassule de Helms" sur l'espace naturel sensible des Landes de Jaunouse, a nécessité une opération d'arrachage de grande ampleur courant septembre. Les équipes en charge des espaces naturels et les équipes techniques du Département ont collaboré pour intervenir en urgence sur ce site menacé par le développement exponentiel de ce végétal.

Le Département a en charge la gestion de 58 sites naturels répartis sur l'ensemble du territoire d'Ille-et-Vilaine. Ces espaces naturels dits sensibles présentent une faune et une flore exceptionnelles, que les équipes du Département ont pour mission de préserver. Situé à Billé, petite commune au sud de Fougères, le site des landes humides de Jaunouse est classé espace naturel. Cet environnement humide abrite de nombreuses espèces végétales rares, voire menacées, à l'image de la gentiane pneumonanthe ou du fluteau nageant.

La Crassule de Helms : une invasive à la prolifération galopante


Au titre de son statut d'espace naturel sensible, les landes de Jaunouse font l'objet d'une surveillance rigoureuse par les services environnement du Département. Il y a quelques années, la présence de la Crassule de Helms a été identifiée sur le site. Cette plante grasse originaire d'Australie-Nouvelle-Zélande, reste encore peu développée à l'échelle de l'Ille-et-Vilaine, mais commence à se diffuser largement au niveau national.

Comme de nombreuses plantes importées dans le cadre d'échanges internationaux, la Crassule de Helms peut s'exporter en milieu naturel. "La Crassule de Helms est actuellement toujours en vente libre en jardinerie. Une fois plantée dans un jardin, il suffit d'un oiseau pour qu'elle se retrouve disséminée sur le territoire", note Thibault Gaborit, responsable du service patrimoine naturel au Département d'Ille-et-Vilaine.

Cette problématique environnementale a connu des précédents. Après avoir colonisé tous les étangs, la Jussie d'Amérique, une autre plante non indigène invasive, est aujourd'hui interdite à la vente en France.

Or, c'est bien la capacité de diffusion très rapide de cette plante qui pose problème. Créant un déséquilibre au sein de l'écosystème, sa prolifération met en danger les espèces floristiques locales. Cette plante grasse au mode de développement galopant finit par "étouffer" les végétaux indigènes plus fragiles. "Sur le site des landes de Jaunouse, la Crassule s'étendait seulement sur quelques mètres carrés et en 2 ans, elle a colonisé environ 600 mètres carrés de terrain. Il était urgent d'intervenir rapidement", poursuit Thibault Gaborit.

Un dispositif technique d'envergure pour évacuer l'indésirable

Face au développement exponentiel de la Crassule, aussi appelée l'orpin des marais, il était nécessaire d'agir vite, notamment pour préserver certaines espèces protégées en particulier le fluteau nageant. Pour mener à bien cette vaste opération d'extraction, une chargée d'étude espace naturel et un technicien travaux ont travaillé main dans la main. Le chantier a pu être mis en oeuvre courant septembre. Pendant plusieurs jours, il a mobilisé 1 pelle à chenilles, 1 ouvrier au sol. Au total, 24 trajets en semi-remorque ont été nécessaires pour évacuer les 300 m3, la Crassule s'étant étendue sur une surface de 600 m².

Une fois extraite, la plante est considérée comme "un déchet". "C'est complexe car en tant que plante exotique invasive, sa prise en charge doit être minutieusement réfléchie pour éviter qu'elle ne colonise d'autres territoires.", souligne Thibault Gaborit. En l'occurence, les m3 évacués ont été acheminés vers un centre spécialisé pour son traitement à Pluvignier dans le Morbihan.

"Dorénavant, notre mission commune (équipe dédiée aux espaces naturels sensibles et agence départementale de Fougères) est de surveiller le site et d'intervenir manuellement dès le printemps prochain pour contenir la zone", précise Eric Rolland, responsable de la gestion des travaux ENS, voies vertes à l'agence départementale de Fougères.