Haut de page

Réouverture du sentier de l'île de Cézembre à partir du 4 juillet

plage mer
© Département d'Ille-et-Vilaine

Cézembre, petite île de 10 hectares se situe sur la commune de Saint-Malo, à 4 km au large vers le nord. Protégée par son isolement, l'île est aujourd'hui un refuge naturel pour les oiseaux marins. 

Retour à la nature

Pendant la période de confinement, profitant du calme de la nature, les animaux se sont parfois installés sur les zones habituellement fréquentées par le public. Les oiseaux du littoral, telle que l’hirondelle de rivage, ont niché sur les plages, ou à proximité. Cormoran huppé, pingouin torda, guillemot de troïl se reproduisent en grand nombre et en toute tranquillité sur les falaises nord de l’ile. Goéland argenté, brun et marin se trouvent eux plus proche du sentier et font leurs nids sur les plateaux enherbés.

Une conduite calme et attentive sur cet espace naturel est indispensable afin de faire de belles rencontres inattendues et d'éviter de déranger des animaux et leurs petits.
Soyez très vigilants à leurs présences !

Un peu d’histoire

 Il y a 500 ans, Cézembre était accessible à pied par une vaste étendue de prés salés pâturés, témoin de l’évolution naturelle du trait de côte.
 
Fréquentée depuis la Préhistoire, Cézembre est un lieu privilégié par les ermites et les moines jusqu’à la fin du 17ème siècle. Quatre chapelles et un couvent y ont été établis. Les attaques anglaises obligent Vauban à fortifier l’île pour protéger Saint-Malo. L’occupation militaire durera jusqu’au début du 20ème siècle. C’est alors un lieu d’entraînement militaire et un camp de discipline. Démilitarisée en 1920, les malouins et les touristes se réapproprient le lieu.
 
La seconde guerre mondiale va bouleverser l’île. Elle a été fortifiée en mai 1942 par l’armée allemande qui couvre sa surface de casemates, blockhaus, tranchées. Une artillerie lourde verrouille l’accès des troupes alliées au port de Saint-Malo.

Du 6 août au 2 septembre 1944, l’île a été bombardée par l’aviation, l’artillerie de marine et l’artillerie de campagne alliées. L’aviation a largué pendant cette période 1 700 tonnes de bombes explosives, 176 bombes au napalm et 32 bombes incendiaires. Les nombreux vestiges encore visibles, ainsi que les cratères omniprésents dans le paysage, donnent encore aujourd’hui une idée de l’intensité du déluge d’obus et bombes qui s’abattit alors. L’île est réputée pour avoir été l’endroit le plus bombardé de la seconde guerre mondiale.
En raison du risque important lié à la présence de munitions non explosées, l’île devient ensuite domaine privé de l’Etat, attribué au ministère de la Défense, et est interdite au public.
 
Protégée par son isolement, Cézembre devient un refuge naturel pour les oiseaux marins qui ont petit à petit recolonisé l’île dévastée. Les lapins y sont également présents sans que l’on sache précisément s’ils ont survécu au bombardement ou réintroduits après. Néanmoins, plusieurs espèces de poulpes présents en grand nombre autour de l’île avant-guerre n’y sont pas revenues.
 
Aujourd’hui, la végétation est à dominante de prairie et de plantes basses. Le relief tourmenté est une succession de cratères juxtaposés créés par les bombardements.
L’île est désormais propriété du Conservatoire du littoral et gérée par le Département d’llle-et-Vilaine. Depuis 2018, un sentier, déminé sur 800 m permet au public de découvrir à nouveau une partie de l’île en toute sécurité.
 

Merci de votre vigilance

Attention de rester sur le sentier, de respecter la réglementation en place, de rapporter vos déchets et de prendre vos précautions (pas de toilettes sur l’île).
Les espaces naturels départementaux d’Ille-et-Vilaine sont accesssibles dans le respect des règles imposées pour éviter la propagation du coronavirus.