Inforoute
Haut de page

La tirette belge : une initiative pour fluidifier la circulation au carrefour des millières

Une nouvelle expression va venir enrichir les conversations des automobilistes bretilliens dans les semaines à venir : la tirette belge.  D'où vient-elle ? En quoi consiste t-elle ? Decrytage

25 000 véhicules circulent en moyenne chaque jour sur la RD 168 au niveau du carrefour des Millières. On en compte jusqu’à 40 000 en été. Afin de faciliter la circulation durant le chantier, les services du Département, suite à l’initiative d’un usager, ont proposé l’expérimentation de la « Tirette belge ».

Ce système, mis en place par nos voisins belges depuis 2014, permet de fluidifier la circulation lors d’un rétrécissement de voirie. Son nom fait référence à la fermeture « tirette » (appelé zip de notre côté de la frontière), qui voit un système de crochets s’imbriquer en alternance.
 
Lorsqu’une chaussée passe de deux à une voie, l’automobiliste qui circule sur la voie qui se poursuit, doit laisser s’intercaler celui dont la voie disparait. Celui qui le suit doit faire de même et ainsi de suite en alternance.
 
Pour que la manœuvre soit efficace et empêche l’apparition de bouchons, il est impératif pour les automobilistes qui se rabattent d’aller jusqu’au bout leur file pour profiter de la capacité maximale de la chaussée.
 
Pour informer les automobilistes de ce nouveau système, deux panneaux d’information seront disposés en amont du chantier des Millières.