Haut de page

Deux syndicats de sapeurs-pompiers en grève : Communiqué de Jean-Luc Chenut

publié le
02/03/2017

Communiqué de Jean-Luc Chenut

Président du Conseil départemental d’Ille-et-Vilaine
Président du Conseil d’administration du Service d’incendie et de secours (Sdis) d’Ille-et-Vilaine
 
 
 
 
Deux syndicats de sapeurs-pompiers professionnels d’Ille-et Vilaine ont déposé un préavis de grève jeudi 2 mars et ont tenu des propos alarmistes sur l’organisation des secours et les conditions de travail dans notre département.
 
Aussi, je tiens à rappeler à tous les habitants d’Ille-et-Vilaine que le Service départemental d’incendie et de secours fonctionne bien et que, malgré la hausse réelle du nombre d’interventions, les secours sont assurés en tout point du département et en tout temps, sans aucune rupture opérationnelle.
 
La qualité du service rendu et l’organisation des secours dans tous les départements sont régulièrement évaluées par des corps d’inspection extérieurs et indépendants. Un rapport de l’Inspection Générale de l’Administration (IGA), transmis en janvier 2017, salue d’ailleurs la « bonne tenue du service et l’absence de défaillances » du Service départemental d’incendie et de secours d’Ille-et-Vilaine et considère que l’Etablissement dispose des moyens humains nécessaires pour faire face à la progression de son activité.
 
Quant aux conditions de travail, je ne peux que rappeler les nombreux investissements passés, en cours et à venir, pour améliorer ou reconstruire les différents sites de travail. L’investissement du Conseil départemental dépasse les 90 millions d’euros pour construire de nouveaux centres de secours, des outils de formation (Maison à feu inaugurée le 1er décembre 2016 en présence de Mr Cazeneuve, alors ministre de l’intérieur) ou les futurs locaux des services techniques, pour remplacer le site actuel de La Hatterie.
 
S’il est du rôle des syndicats de porter des revendications catégorielles, il est de la responsabilité des élus d’y donner suite ou non, en prenant en compte la situation comparée des différentes catégories de personnels et des contraintes budgétaires. A ce titre, je rappelle que la masse salariale du Sdis a augmenté, à effectifs constants, de plus de 3 % par an en moyenne sur les 5 dernières années. Ceci  démontre une politique d’avancement favorable et l’amélioration du niveau des primes attribuées aux sapeurs-pompiers professionnels.
 
Les demandes de promotion massives au grade d’adjudant ou de caporal-chef sont déraisonnables, il ne peut pas être envisagé d’y répondre favorablement.
 
Enfin, en ce qui concerne le niveau des effectifs à venir sur le bassin rennais, les études n’ont pas encore commencé. Je n’ai par conséquent fait aucune annonce sur ce sujet, d’autant que le règlement opérationnel relève en premier lieu de la responsabilité du Préfet : ce travail sera conduit en étroite concertation dans le cadre d’un partenariat dont l’Inspection Générale a tenu à saluer la qualité.