Haut de page

Déviation de Louvigné-de-Bais : début de la réalisation des aménagements

publié le
13/10/2020

Le Département d’Ille-et-Vilaine a débuté les aménagements de la déviation de Louvigné-de-Bais. En réduisant le passage des poids-lourds dans le centre-bourg ce projet de 12 millions d’euros, entièrement financé par le Département, permet d’améliorer la qualité de vie et la sécurité des habitant.es de la commune. La mise en service est prévue pour la fin de l’année 2022.
 

Un projet entrepris pour la sécurité des habitants

Au quotidien près de 5 000 véhicules, dont environ 700 poids lourds, empruntent les routes passant par le centre-bourg de Louvigné-de-Bais. Afin d’améliorer à la fois la qualité de vie et la sécurité des habitant.es, un contournement par le nord de la commune est réalisé par le Département d’Ille-et-Vilaine. D’une longueur de 5,4 km, de la Rougerie au Nord à la Gaudinais au Sud, ce nouveau tracé doit permettre de dévier la circulation.

Le coût de l’opération est de 12 millions d’euros, financée à 100% par le Département. La fin du chantier, débuté en septembre 2020, est prévue pour la fin de l’année 2022.

Un projet respectueux de son environnement

Afin de réduire ses impacts sur les terres agricoles, le contournement est à proximité immédiate de la ligne à grande vitesse. Les effets de coupures supplémentaires du territoire sont ainsi évités.
Pour encourager de nouveaux modes de déplacements, deux aires de covoiturage sont prévues au niveau de la Rougerie et de Fouesnel. Les cheminements de randonnée sont rétablis et sécurisés.

Une couche de 3 cm d’enrobé phonique recouvrira la route sur toute la longueur du tracé et des merlons anti-bruit seront installés dans 4 zones distinctes.

Les enjeux environnementaux ont été pris en compte. Des bassins routiers seront créés pour éviter les inondations et contenir d’éventuelles pollutions. Des passages pour la faune et des « clôtures grande faune et amphibiens » permettront de minimiser l’impact de l’infrastructure. Deux zones humides, réservoirs de biodiversité, seront aménagées.
 
Le tracé implique la création de trois ouvrages d’art pour limiter les impacts sur les reliefs. Le pont de la Gilberdière est déjà en construction depuis juin 2020 pour une finition à la fin de l’année. Le pont des Pâtisseaux et le pont de la Gaudinais verront le jour au cours de l’année 2021.
 
Enfin deux chantiers de fouilles archéologiques sont programmés à La Garenne et à la Rougerie, entre la fin de l’année 2020 et début 2021
 
Mobilités 2025: une nouvelle approche des infrastructures routières et des déplacements

Avec la demarche « Mobilités 2025 », adoptée lors de la session de juillet 2020, le Département renouvelle en profondeur son approche de la route et des déplacements, passant d’une politique d’infrastructures à une politique de mobilités. En étroite concertation avec les territoires, il s’agit à la fois de prendre en compte leurs demandes et leurs besoins et de favoriser le passage de la notion de route à celle d’infrastructures de mobilités.

Avec cette approche, le Département proposera de signer avec les collectivités locales des pactes de mobilités locales permettant de formaliser avant chaque étude les objectifs attendus, les engagements de chacun et ainsi consolider l’adhésion au projet et sa gouvernance.

Plus de 200 millions d’euros seront investis dans les prochaines années dans différents projets : réduction de l’impact environnemental ; amélioration de la sécurité ; vélo et les mobilités actives ; aires de covoiturage ; grands itinéraires et transversales ; contournements et renforcement des villes bretilliennes ; dessertes locales et désenclavements. C’est aussi une ambition majeure pour le vélo et les mobilités actives avec près de 50 millions d’euros qui seront réservés sur cette envelope à la réalisation d’un plan vélo départemental d’une envergure exceptionnelle.