Haut de page

Journée internationale des droits des femmes : le Département d’Ille-et-Vilaine toujours mobilisé

publié le
06/03/2020

Le 8 mars a lieu la journée internationale des droits des femmes : l’occasion de revenir sur l’ensemble des actions que met en place le Département afin de favoriser une égalité réelle entre les femmes et les hommes.

L’égalité femmes-hommes, un engagement à tous les niveaux

Engagé dans la promotion de l’égalité des droits pour les femmes et les hommes, le Conseil départemental prend pleinement sa place aux côtés de ses partenaires institutionnels et associatifs. Il contribue, à son échelle et dans le champ de ses compétences, à libérer les destins individuels des assignations de genre et à lutter contre le sexisme.
Avec la signature en 2014 de la charte européenne pour l'égalité des femmes et des hommes dans la vie locale, la politique menée dans ce domaine par le Département a été accentuée. Cette charte, qui s’adresse aux collectivités locales d’Europe, vise à promouvoir l’instauration, dans les faits, d’une véritable égalité. Cette égalité est l’objet du plan d’actions 2017-2021 du Département.
En 2020, la politique d’égalité entre les femmes et les hommes est inscrite dans la nomenclature des politiques publiques du Département au titre de son action en faveur de l’égalité des chances.

L’action sociale du Département en première ligne

Les violences conjugales sont un sujet grave qui affecte plus particulièrement les femmes. Le Département prend la pleine mesure de l’urgence des situations en mettant au service du public plusieurs dispositifs.
Dans le cadre de ses missions d’action sociale, le Département contribue à l’accueil et l’accompagnement de personnes victimes de violences, via les agences départementales et ses 22 Centres Départementaux d’Action Sociale (CDAS), ses centres de planification et d’éducation familiale et à travers le Service d’Accompagnement des femmes enceintes en difficulté (SAFED).
Le Département participe au financement de la plateforme téléphonique départementale d’écoute et d’accueil temporaire, du Centre Départemental d’Accès aux Droits (CDAD), de lieux d’écoute et d’accompagnement des femmes victimes de violences (CIDFF, SOS victimes…), et d’actions de sensibilisation. L’action du Département se matérialise également par la plateforme téléphonique Info Sociale en Ligne (ISL), qui observe depuis 2019 un accroissement des appels de femmes victimes de violences conjugales.
Le Département co-finance le déploiement de postes d’Intervenants sociaux en commissariats et gendarmeries (ISCG) sur l’ensemble du département. Ces intervenants participent à la lutte contre les violences intrafamiliales en assurant écoute, orientation et accompagnement des personnes victimes et en situation de souffrance. Actuellement, 4 intervenants sociaux sont mobilisés sur les territoires de Rennes, Vitré, Redon et Saint-Malo. Leur déploiement doit être encore accru sur le territoire avec la création de postes sur les territoires de Rennes Métropole, Brocéliande et Fougères.

L’égalité femmes-hommes : un principe à affirmer dès le collège

L’éducation joue un rôle de premier plan dans l’instauration d’une véritable égalité.
En matière de construction et d’aménagement des nouveaux collèges, notamment ceux de Bréal-sous-Montfort, Guipry-Messac et Laillé, le cahier des charges intègre des principes relatifs à la charte « Egalité Femmes / Hommes ». En effet, certains lieux sont particulièrement sensibles et requièrent une attention particulière. Les couloirs de circulation, dans lesquelles les filles disent se sentir parfois en insécurité, doivent être suffisamment larges, lumineux et surveillables. Les sanitaires, dans leur conception, doivent tenir compte des besoins physiologiques différents des garçons et des filles, et seront prévus en plus grand nombre chez ces dernières (+25%). Enfin, la cour de récréation et son terrain de sport central qui « exclut » traditionnellement les filles en les reléguant dans la périphérie de la cour est repensé : le cahier des charges des nouveaux collèges met fin à cette hiérarchisation avec une organisation de l’espace favorisant la mixité.
L’action du Département pour l’égalité femmes-hommes dans les collèges, c’est aussi le soutien à des actions éducatives. Par exemple, au collège Jean Monnet de Janzé, le 3 mars, a eu lieu « les D’Connectées », une journée au cours de laquelle les élèves ont rencontré des professionnel.le.s issu.e.s de secteurs où l’un des deux sexes est peu représenté. Au cours de cette journée, les élèves se sont aussi familiarisés avec le secteur du numérique. Dans le même esprit aura lieu le 9 mars, au collège Gandhi de Fougères, un autre temps fort entre élèves et professionnel.le.s, dont un assistant social du Conseil départemental et une pompière du Service Départemental d’Incendie et de Secours.