Haut de page
Communiqué de Jean-Luc CHENUT, Président du Conseil départemental d'Ille-et-Vilaine

Personnels et Résidents des structures d’hébergement : un cadre désormais trop contraignant, qui génère trop de souffrances et de tensions

publié le
10/06/2020

Depuis bientôt trois mois, les Personnels et les Résidents des structures d’hébergement, qu’il s’agisse des personnes en situation de handicap ou de personnes âgées dépendantes, vivent quotidiennement des situations difficiles, et dont la prolongation dans le temps suscite des tensions et des souffrances psychiques qui exigent des réponses urgentes et cohérentes.

Les résidents sont des personnes fragilisées, particulièrement exposées à la pandémie avec un mode de vie collectif, ce qui justifie pleinement les protocoles sanitaires mis en place et les mesures de confinement décidées au mois de mars, parfois drastiques.
 
Ces mesures, difficiles à vivre, se sont avérées efficaces et ont largement limité la mortalité dans les établissements concernés : tout citoyen responsable doit le reconnaître.
 
Mais la prolongation dans le temps de mesures très restrictives génère aujourd’hui des situations de détresse et de dépression qui exigent une plus grande prise en compte.

Il y a quelques semaines, l’annonce le dimanche par le Premier Ministre de mesures d’assouplissement qui doivent s’appliquer dès le lendemain a  suscité l’incompréhension des Personnels des structures, dans l’impossibilité de s’adapter dans des délais aussi courts, et confrontés au désarroi et / ou à la colère des résidents et des familles, qui considéraient comme acquises les mesures annoncées.
 
Ce lundi, les annonces du Ministre de la Santé tendant à de très larges assouplissements dans la perspective de la fête des Mères ont suscité beaucoup d’espoirs.
 
Or la circulaire adressée le même jour aux responsables des établissements par le Ministre conditionne le principe d’assouplissement à de telles contraintes qu’il apparait que les mesures annoncées ne pourront pas être mises en œuvre dans de très nombreuses structures.
 
La déception des résidents et des familles va être considérable, et les Personnels des structures vont se trouver confrontés de plein fouet à des réactions d’incompréhension et d’agressivité.
Il devient donc urgent d’adapter la communication aux réalités du terrain, et de veiller à ce que les circulaires qui s’imposent aux structures posent comme règle l’assouplissement, et comme exception la restriction. Les résidents et les Personnels ne peuvent pas être les variables d’ajustement au jour le jour de décisions qui les concernent au premier rang et qui les impactent très fortement.


Jean-Luc CHENUT
Président du Conseil départemental d'Ille-et-Vilaine