Haut de page

La rigole de Boulet à Dingé

étang de boulet ponton
Etang de Boulet

La rigole de Boulet a été construite pour alimenter le canal d’Ille-et-Rance avec l’eau de l’étang de Boulet.

La rigole de Boulet, située essentiellement sur la commune de Dingé, serpente sur 17 km à partir de l’étang de Boulet à Feins et se jette dans le bief de partage des eaux du canal à Guipel. Le parcours tortueux de la rigole résulte de la conjonction entre le dénivelé entre les deux extrémités (1, 50 m), le maintien d’une très faible pente et les courbes de niveaux du paysage à cet endroit.

Origines de la rigole

Le canal d’Ille-et-Rance, créé au 19e siècle, participe à la liaison entre la Manche et l’océan en reliant la Rance à la Vilaine. Ce canal artificiel est alimenté par 5 étangs (Hédé, Bazouges, Bézardière et de Boulet), par l’intermédiaire de rigoles d’alimentation.

Au démarrage de la rigole, la digue en pierre de l’étang de Boulet avec sa pisciculture constituent un ensemble patrimonial original. Un dispositif complexe et ingénieux de ponts, aqueducs, déversoirs… souvent maçonnés en pierre de taille de granit a été réalisé pour assurer le bon écoulement des eaux et la protection des terrains alentours contre les inondations. Les palplanches en métal, en bois ou en ciment, encore visibles aujourd’hui, permettent d’enrayer les fuites. Ponts et berges deviennent vite des voies de circulation entre champs et voisinages, indispensable à la vie des habitants.

Autrefois, la rigole était bordée de chênes qui fournissaient le bois nécessaire aux travaux d’entretien du canal. Dans les années 50 des hêtres et des frênes sont plantés pour remplacer les chênes.

Faune et flore à la rigole de Boulet

Un immense patrimoine arboré se situe le long des rigoles avec plusieurs milliers d’arbres qui sont souvent d’imposants hêtres. Ces arbres hébergent de nombreux oiseaux tels que le pic noir, le pic épeiche et aussi beaucoup de chauves-souris.

Les variétés végétales propres aux milieux humides se développent selon le degré d’ensoleillement et de contact avec l’eau. Ainsi, saules cendrés, aulnes, joncs des tonneliers, lentilles, primevères, massettes, carex, iris des marais etc se partagent l’espace.

Les poissons étaient nombreux dans la rigole dont l’eau était d’une grande limpidité. On y trouvait des brochets, des tanches, des gardons, des perches, des anguilles … qui remontaient par bancs entiers depuis le canal. Le poisson constituait un complément alimentaire précieux pour les riverains. Ils ont fait place aux amphibiens, (triton marbré, triton palmé ou grenouille agile), car l’eau n’est plus permanente dans la rigole.

En 2003, l’entretien est repris par le Département d’Ille-et-Vilaine. Un énorme travail de défrichement est alors entrepris pour maitriser l’envahissement par la végétation et rendre les berges désormais accessibles aux riverains mais aussi aux randonneurs, pêcheurs et autres amoureux de cette nature paisible et arborée.
 

Les étangs du canal d’Ille-et-Rance et l’étang de Boulet

La variation saisonnière des niveaux d’eau des étangs, due à l’alimentation du canal, a permis l’installation de gazons amphibies sur les berges et le développement de milieux humides associés aux plans d’eau (landes humides, tourbières…). Ces habitats naturels sont protégés au niveau européen et ont été à l’origine de la désignation du site dits des « étangs du canal d’Ille-et-Rance » au sein du réseau Natura 2000.

La richesse biologique de l’étang de Boulet est donc liée à ces gazons de végétation fleurissant dès l’abaissement des niveaux d’eau. Des espèces protégées au niveau national s’y développent comme la littorelle uniflore, ainsi que des végétations de landes tourbeuses de bord d’étang (notamment sur le décroché sur l’étang du Boulet appelé la butte des épinettes). La butte des épinettes était un secteur où les agriculteurs locaux faisaient paître leurs vaches il n’y a pas si longtemps, entretenant le milieu. La Région Bretagne (propriétaire de l’étang) a procédé à des travaux d’abattage d’arbres pour sauvegarder ces milieux naturels sur les conseils du Département d’Ille-et-Vilaine (structure animatrice Natura 2000).

Le saviez-vous ?

L’Ille-et-Vilaine recèle un patrimoine naturel d’une qualité et d’une diversité exceptionnelles. Zones humides, tourbières, landes, vallées, falaises, boisements…
Il existe aujourd’hui une cinquantaine d’espaces naturels départementaux protégés par le Département et ouverts au public. Préserver, valoriser ces sites particulièrement sensibles et permettre au public d’en découvrir les richesses font partie des priorités du Département d’Ille-et-Vilaine.

Pour plus d’informations, demandez la carte des espaces naturels départementaux : environnement@ille-et-vilaine.fr